Index de l'article

Les sorties dominicales 2016-2017


Le 4 septembre 1870 Léon Gambetta déclarait la troisième république, hier, le 4 septembre 2016 tout le monde s'en foutait au départ de notre promenade hebdomadaire.

La vedette du jour Patrick et son VTTAE faisaient l'objet de commentaires élogieux sur le parking quand Francky pointât son nez , signalant à qui voulait l'entendre que l'orgie de la veille risquait d'avoir des répercussions sur ses performances.

On peut penser qu'il s'agit de performances physiques, mais en fait en commençant a se planter de trajet dès la traversée de Fontenay, il montrait que c'est dans son crane que les vrai dégâts avaient eu lieu.

 Dans la forêt de Marly, très vite nous apprenons à apprécier des petit panneaux qui nous indiquent exactement le chemin à suivre, malgré ces repères, nous ratons encore un virage, toujours pour les mêmes raisons qu'a FLF. Le balisage nous permet de rester sereins, dans les descentes, dans les cotes, tous, nous nous félicitons de cette heureuse initiative de l'office du tourisme sylvestre. Le temps passant, nous croisons quelques sportifs dont les vtt sont curieusement décorés avec des petits panneaux numérotés, tous s'obstinent à prendre notre trace mais à l'envers.. La chose se confirmera après la gare de Marly, une troupe de plus en plus dense remonte à contresens..

Nous suons un peu, mais il fait doux, le ciel bouché nous évitera l'insolation, mais comme il n'a pas vraiment plu tout est bien sec. Nous ne roulons pas très vite, c'est la reprise pour certains.

A l'endroit ou le 38 et le 43 se séparent, et après un demi-tour de plus pour cause de pilote de gps mal luné, tout le monde adopte le trajet 43 !. Nous descendons sur Chambourcy, les passages ravinés et le chemin mal pavé seront avalé à vitesse raisonnable par Ludo, les plus rapides l'attendent gentiment à l'ombre.

Le segment qui nous amènera du golf à l'A13 deviendra vite compliqué car nous y affrontons un flot dense de randonneurs à vélo et à pieds, certains évoquent une certaine randonnée bien connue qui serait prévue de longue date, dont nous gênerions le déroulement. Nous obliquons obligeamment pour escalader un casse patte infernal et rejoindre un chemin plus large.

Un petite pose chocolat permet de goûter le délicieux ‘côte d'or citron -gingembre' amené par mes soins.

Tout au long du trajet, Patrick, qui tire le meilleur parti de son VTTAE se placera aux intersections importantes pour assurer un écoulement fluide de l'équipe puis remonter la troupe comme un furieux pour recommencer plus loin.

Au moment où nous rejoignons la piste du 38, John subit une crevaison. Un petit groupe de 3 (Fred /Jean-MI, Ludo) se sépare pour prendre de l'avance pendant la réparation, ces valeureux ne seront jamais rejoints. Le trio suivra le parcours GPS fidèlement jusqu'a Villepreux, puis après, ce fut au plus simple, par l'allée royale joliment refaite, puis la cote de la gare.

Ce n'est qu'après une loOOOOOongue attente (nettoyage des vélos + pastis) que l'on vit arriver au compte-goutte le reste de la troupe. Je sais que ces derniers tiennent à conter leurs exploits, et que mille choses merveilleuses leur sont arrivées sur les 5 derniers kilomètres, je tiens néanmoins à prévenir le lecteur de ne pas trop y accorder foi...

Du côté des loucedés !

La Verte Ballancourtoise

Au programme dans le Gatinais, un 60km associé à 1200m de D+ !

Entre singles, dévers, montées infernales, et descentes tout aussi épiques, le tout avec du sable de la roche et quelques em... bûches, il faudra 4h00 pour ralier les 50km (et oui on en a perdu 10 entre le départ et l'arrivée...) mais tout de même ! Bon ce ne fût pas si simple, avec les 5 premiers km parcourus en 45', nous craignions alors de rentrere tout juste avant la nuit, mais la nuée de riders et véttistes du dimanche, que nous sommes aussi, mais qui était devant nous, s'est au gré des km éparpillée, soit en prenant d'autres traces, soit pour des raisons techniques ou physiques...

Bref une belle matinée comme on les aime avec un peu de tout et surtout du très varié et du très difficile !!!

50km et 1100m de D+ ce sra au final notre dernier mot, mais quel mot, sans maux, à part aux jambes, ce n'est tout de même que la reprise pour nous même si c'est la fin de de saison pour le VTT dans le monde entier !!!

01p

02p

03p

04p

05p

06p

07p

 


Le forum des associations ayant eu lieu la veille, les nouvelles recrues motivées ce sont présentées à nous pour en découdre avec les trails et se tester à l’ambiance du COBA !

Nous étions donc pas moins d’une vingtaine en ce dimanche humide, mais chaud pour aller se promener sur le circuit des Singles, proposé en trois variantes.

Un 30km pour se tester, se remettre en jambes

Un 40km pour ceux qui ont déjà repris depuis quelques semaines et qui veulent se tester sur d’autres parties encore plus ludiques

Enfin un 50km prometteur qui convie les plus motivés à prendre en plus de la distance pas mal de dénivelés.

Sur le 50km nous sommes 5 à partir dont un nouveau équipé d’un bel objet.

Les singles de BDA commencent à vive allure, ça arsouille tout de suite. On se met dans le rythme.

Les km s’avalent à vive allure, on rejoint le groupe des 30km dans le haut des singles, chaine cassée pour un nouveau.

Nous poursuivons notre promenade, la Marielle est assez propre mais toujours aussi difficile dans ce sens-là ! Vivement que l’on puisse prendre ce single dans l’autre sens histoire de rouler un peu !!!

Une petite crevaison d’Edouard arrive à point nommé pour reprendre son souffle et ses esprits.

Après quelques kilomètres (environ 25), Freddy le nouveau souffre, son genoux endolori l’ennui et nous décidons raisonnablement à Nauphle le Château de rebrousser chemin pour revenir entier à BDA.

Le retour se fait calmement sans forcer, sans soucis.


Dimanche de rentrée cette semaine encore avec le retour d'anciens, la vision de nouveaux vélos, comme le VttAE de Patrick et les nouveaux, pas moins de 5 !

3 distances au programme avec un 36 emené par Philippe

Un 39 qui pour certins fera 36, pour d'autres 44, emmené en deux sous groupes avec Francky pour le premier, par votre serviteur pour le second.

Un 51, emené par Eric avec Jean Luc, Patrick L, et Florian !

Le 39 est le plus complet avec quasiment 15 personnes à surveiller et un Frédéric en serre file !

Direction Saint Cyr pius la Minière où nous allon sperdre un premier élément, trouvant que le ryhtme est un poil élevé...

Une jolie petite descente et là paf, Mickel casse sa chaine ! Le groupe se divise avec d'un côté, Franky et sa bande, de l'autre, Olivier, Edouard, Mickel, FLorent et moi même. Nous réparons la chaine en mettant un maillon rapide, rapidement, enfin plus vite et mieux que les olibrius qui ont tenté précédemment de porter secours à Mickel !

 

Ca repart en pétard pour rejoindre le groupe, assez vite ! Salavateur pour Olivier qui trouve que le ryhtme était trop élevé !

 

Ouf mais nous restons à 4, jusqu'à Trappes ou Edouard décide de nous fausser compagnie pour rentrer directement, sans attendre...

De notre côté avec Mickel, et Florent nous repartons cherhcer le single dit le Laffont que nous prenons pleine bourre tout en attendant Mickel qui roule fort en ce début de saison avec son vélo équipé de bine belles roues.

Le long du Lac de Saint quentin, pour le troisième fois nous rejoignons Philippe et son petit groupe.

 

A 12h tout le monde est rentré, sauf le 51 dont nous n'aurons aucune nouvelle !!!

 

Sur le parking pas moins de 25 vélos et autant de cyclistes, c'est pour certains l'occasion de retrouvailles après plusieurs années et l'on sent l'émotion étreindre les plus sensibles, Franky cachera ses larmes derrières ses lunettes, c'est le regard embué qu'il donna le top départ.

Le menu comprenait un 33, un 39 et un 46 modifié '51' par l'adjonction du 'single des laffont'

 Le groupe est assez impressionnant et va rapidement ramer , le petit raidillon de saint cyr sera piétonnier pour beaucoup. Placé à l'arrière, en observateur je pourrais dénoncer mais j'ai promis a Michel J d'être compréhensif, il est vrai que son nouveau vélo semble tellement beau qu'on en oublie de regarder le chemin.

Les groupes se séparèrent au niveau de Versailles, les loucedé affamés vont se précipiter sur le 51, ils ont bon moral car la pluie tombée pendant la nuit a rendu le terrain glissant, nous les reverrons à l'apéro la mine réjouie, ça semble s'être bien passé pour eux.

Le groupe des 33 est emmené par Philippe, ils arriveront un peu après nous, et auront parcouru 36km ce qui est tout de même un rude début de saison.

Nous , le groupe 39, virevoltons dans la forêt, franchissons le plateau de Toussus et plongeons avec délices dans la forêt de port royal, non content de mener le groupe avec "rantanplan" mon fidèle GPS, je décide au détour d'un modeste trou de plonger dans la Mérantaise. L'eau est fraîche aussi pris-je le soin de ne tremper que le côté gauche. Des individus ont cru à une chute, à une erreur de pilotage, évidement ce ne sont que des ragots de peloton.

En arrivant sur Voisins, nous optons pour une version courte du trajet car la fatigue se fait sentir, nous arriverons après 36 km pour un apéro rituel en attendant les copains.

Le 34 et le 39 auront fait la même distance, ce qui confirme l'absolue nécessité d'un parcours de 36 km au programme.

 


Belle journée qui se présente à nous avec un risque mineur mais avéré de se prendre une averse sur le casque avant la fin de la sortie !

Nous étions une bonne vingtaine cette semaine avec 3 distances proposées en direction de Marly !

 

Un groupe assez cool de remise en forme et nouveaux qui veulent se tester sur 33km pour 500m de D+, emmené par Philippe,

Un goupe intermédaire pour parcourir environ 40km pour 600m de D+, emmené par Francky les bons tuyaux

Un groupe dynamique pour couvrir 47km pour 750m de D+

Départ groupé pour les trois distances, mais rapidement sur la plaine de Fontenay les groupes 1 et 2 partent à droite, le gouep 3 part à gauche pour allonger la distance. Ce groupe composé de 8 vttistes, retrouvera par endroits, dans les singles de Marly principalement, les deux autres groupes qui avancent bon train !

Pas d'anecdote particulière à raconter, tout c'est bien passé sans casse, crevaison...

 

Ayant eu un débat houleux avec une pompe à vélo 'rangée on ne sait ou', un pneu à plat et une pompe à pied inadaptée, j'arrive in extremis pour le départ sur mon mulet. La troupe est là encore nombreuse, et les loucedé ont toujours la fringale. Les parcours se séparent des BdA et se recroiseront par moment. Franky emmène le groupe des 39 km, ils vont rouler fort, très fort..

Dans le groupe des 34, nous sommes 7 guidés par Philippe, le parcours nous emmène sur la gare de l'étang la ville puis un tour dans la forêt de Marly pour rejoindre Saint Nom. Les chemins sont secs, le temps est idoine bien qu'une averse soit programmée vers 11h30. Philippe prend soin de la troupe, comme toujours, et nous amène au débouché de la plaine sans nous avoir brutalisé.

A saint Nom, nous laissons Peggy prendre quelques instants de solitude, tout en lui suggérant que la pancarte 'zone de chasse en cours' pouvait avoir une signification autre qu'artistique, le courage ou l'envie eurent raison de toute prudence.    

Une fois repartis nous passons derrière Grandmaison car nous sommes courageux (se). Arrivant sur le plateau au-dessus de Rennemoulin nous essuyons les premières gouttes, elles deviendront 'drache' en traversant Fontenay, c'est à ce moment que le groupe des 39 nous rattrape, ils auront roulé a 14,5 de moyenne!

L'apéritif amélioré par Miguel et Peggy sera vivement apprécié, et fera oublier la morosité du temps.

 

 


 

Dimanche 8h30, il fait frais, 

On sent à la lecture du programme (42/47/53 vers Mareil) qu'il y a une ambition, sans doute celle de transformer une bande de ripailleur hauts en gueule en troupe sportive à pectoraux et tablettes de chocolat.

Les Gps sont répartis, et nous commençons par le tour de l'étang, dans une brume légère qui rend le paysage agréable à regarder et parfois mystérieux.

La séparation se produit à la sortie du parc, je me suis accroché à l'arrière garde pensant réaliser une bonne affaire... 5 minutes plus tard nous sommes toujours à l'arrêt: piles de GPS, mauvaise carte, reboot du système, non compréhension de l'interface, Ludo nous fera tout absolument tout avant de déclarer timidement 'c'est bon'...

Nous roulons gentiment, jusqu'en haut de la butte d’Elancourt et profitons d'un bien joli coup d'œil sur la campagne embrumée.

Au sortir du bois de Maurepas, à la suite d'une pause pipi et d'un délai d'attente raisonnable expiré, nous repartons sans prendre garde à Ludo. Réalisant notre oubli nous stoppons, un autre délai d'attente raisonnable s'écoule puis face à la triste évidence Edouard file chasser le Ludo perdu, oui vous avez bien lu, PERDU, avec un GPS, le parcours, et des batteries neuves, mais perdu.

Les deux lascars nous rejoignent, on repart, et 500 m après, nous nous arrêtons en haut de la cote du club hippique pour problème mécanique, et.. Évacuation de trop plein: A force de boire, mais de ne pas rouler, nos vessies sont en situation désespérée !

Edouard suggère que la ballade va être longue...

Enfin repartis nous avançons; le doute s'étant immiscé parmi nous, on ne sait plus trop si c'est le GPS de Ludo, le mien (mon fidèle rantanplan) ou la mémoire d'Edouard qui donne le meilleur parcours, il s'en suivra quelques erreurs de trajets et détours.

Malgré cela ça roule, on arrivera même jusqu'à Neauphles avant que 'qui vous savez' ne réclame sa pose casse-croute, la 5ème...

L'ascension de Pontchartrain sera vivement expédiée et de manière amusante sur les derniers kilomètre notre guide et maître roulera comme un fou jusqu’à l'arrivée: Sa motivation consistant en l'absolue nécessité d'acheter un gâteau avant la fermeture du pâtissier.

Au local, nous retrouvons les '47' réunis autour d'un pastis et fricotant avec un pot de rillettes. Finalement, on y est arrivé...

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le Beaufortain

 

Florent et Nico se rendent au Beaufortain pour arpenter les traces trouvées sur le site internet.

Après un voyage en voiture plutôt calme et agréable, nous voici arrivés à Arêches, 1036m d'altitude, un soleil éclatant et les Alpes qui s'offrent à nous ! Les températures sont clémentes, ce qui ne va pas durer tout le weekend...

14686504 10208980654168200 8438217 n

 

Après s'être installés dans le gite et avoir avalé un copieux repas, mise en route des vélos... Et des jambes.

 

Au programme, un petit 16km qui se transformera en 20km, pour aller rider "La Secret Spot" ! 20km, direz vous, ce n'est rien, oui, c'est vrai mais il faut penser à une chose ! C'est du VDM que l'on fait, pardon, du Vélo de Montagne !!! Les remontées mécanisques sont fermées et nous ne sommes pas venus pour monter en voiture !!! ALors il faut aller chercher les trails et pour cela il faudra monter dès les premiers mètres, 1100m de dénivelés positif étalonné sur 14km !!!

 vendredi AM

Heureux d'être arrivés en haut, nous voila en train de s'équiper, genouillères, coudières...

Un long single sinueux, très pentu avec des épingles raides ! Difficile de se mettre dans le rythme, le terrain est éxigeant, et les zones de freinage en cette fin de saison sont défoncées,... Mais le plaisir est là tout de même ! On a la banane, juste le regret de ne pas avoir mis le casque intégral pour lâcher un peu plus les freins !

vendredi AM parcours

 

Les derniers mètres se font en douceur et nous arrivons à Arêches, pratiquement au pied de notre gîte !

3H de ride, après 7h de route, pas mal on est content, le temps et les températures ont été nos alliés, vivement demain.

14686226 10208980739570335 1082949864 n

La fin de journée s'articule entre une visite éclaire vers Beaufort à 15' pour nous, 12' pour les locaux :-) , de Arêches... et la mise au point de la sortie du lendemain, le gros morceau !

 

Samedi matin : le réveil se fait bien les jambes vont bien... Petit déjeuner avalé, casse croutes préparés, sac remplis, vélos opérationnels, on part pour la sortie appelée "Le Col du Coin" : le programme est assez simple : 30km, 1400m de dénivelés positifs, en deux temps!

Il fait plus frais ce matin, on décide de transporter des vêtements de rechange pour se changer en cours de route, cela se sent dans le sac, mais sera salvateur...

 samedi matin

La première montée se fait plaisiblement, car, même si les jambes sont bonnes on part pour un un long trip, il ne faut pas se griller et on a prendre quasiment 500m de dénivelé sur 5km 2050m, c'est notre altitude ! Ca pique un peu... Ca pique aussi les doigts...

samedi matin parcours

Arrivés au "Passage de la Charmette", un superbe single s'offre à nous en descentes... Oui mais c'est glissant car le sol est gelé et les premiers mètres nous surprennent ! On décide de dégongfler un peu l'avant et hop nous voila parti pour un single sinueux, relativement facile dans l'alpage... Nous voila redescendu à 1600m ! 5km de fait en descente, c'était paisible et agréable, pas reposant.

Là c'est le gros morceau, il va falloir remonter à 2400m d'altitude avec, nous le savons un portage sur les derniers mètres, enfin les derniers hectomètres en vrai !

Il fait beau, les températures montent, on sent que le casque intégral qui manquait la veille tient chaud ce jour mais rassure en descente et tout fait ça permet de garder un peu de chaleur. 10km à parcourir et 800m de dénivelés à couvrir ! L'altitude et les efforts méangés, une très longue montée interminable, au delà des jambes, il faut y aller au mental pour aller chercher le graal, si graal il y a !!!

 samedi portage

Au pied du col, c'est la partie portage ! Chouette on arrive, mais quelle douleur pour terminer ! à 2300m l'oxygène se fait rare, le cardio est déjà dans la boite à gants, pousser le vélo ne fait pas avancer, il faut le porter en plus du sac ! C'est 122m de dénivelés en 500m parcourus !

14689151 10208980737810291 801535655 o

Asphyxiant.

 samedi portage parcours

Arrivés au col, point culmuniant de notre périple, nous jetons un oeil, avant de jeter les roues, dans ce qui va être pour nous une descente infernale !!! Nous décidons de nous restaurer, il est 13h et nous sommes sur le vélo depuis 09h10 ! Oui 3h50 pour couvrir 20km, mais voila tout le dénivelé à l'exception de quelques derniers hectomètres sur la fin, est passé !

 

Après un frugal mais assez long repas, pause... on s'habille en mettant des vêtements secs et chauds pour attaquer la descente ! Le soleil est bien présent, mais le vent est frais et je rappelle qu'à 2400m ce n'est pas pareil.

Les premiers mètres de la descente, sont, épiques ! C'est un jeté dans le vide, avec des lacets, ou épingles plus courts que les vélos, avec des marches... On voit un traileur monter quasiment au pas de course, son chien devant lui... Et nous sommes, nous aussi à pieds pour descendre tant c'est impossible à faire à vélo, du moins pour notre niveau.

Cela se calme ensuite, on rejoint un petit single puis la piste pour redescendre à bon rythme. Nous croiserons quelques vaches qui sont en pleine transumance et qui nous parfois nous bloqueront le passage, mais elles sont chez elles, nous n'allions pas les froisser !

samedi AM

Nous sommes un peu déçu, car il a fallu fournir un effort considérable pour au final, descendre sur une piste très large, et la seule partie intéressante était bien trop risquée pour se jeter dedans... Bref de retour après 5h de VTT à notre gîte, nous décidons de réfléchir à un final pour le dimanche digne de ce nom !!!

samedi AM parcours

Dimanche matin : les températures ont chutées sensiblement.

Le programme est assez cool, on mélange de trois traces pour allonger la distance et le dénivelé, aller chercher ce que nous espérons comme une vraie trace d'enduro en descente !

20km, 1100m de dénivelés positifs avec une seule ascension de 10km vers 2100m de d'altitude, parcourus en 2h !

Rien de difficile à la montée comme ces derniers jours, une grande piste, assez facile à monter au début mais on se rend compte, que plus les kilomètres passent et plus cela s'accentue ! Nous croisons à défaut d'âmes vivantes, des télésièges...

dimanche matin

Arrivés au point culminant du jour, nous prenons le temps de nous équipés et nous voila partis pour une vraie descente dans un superbe single d'alpage. Pas vraiment de difficultés, sur ce single qui nous amène ensuite vers une grande piste pour rejoindre la descente ultime appelée "Les Quefins". 5km à font dans les sous bois avec des épingles enracinés, des petits sauts, des marches dont une infranchissable à moins de jeter le vélo, le bonhomme et prier pour l'atterrissage... Un Grand bonheur, un feu d'artifice pour terminer ce séjour qui nous aura valu quelques exigences physiques et mentales.

 dimanche matin parcours

Et c'est après coup que l'on se dit qu'un séjour pareil pour préparer un événement comme l'Epic Enduro, ce serait vraiment au top ! Pas forcément pour aller travailler la technique, mais plutot pour aller chercher l'altitude, s'imposer des longues montées interminables et se forger un physique et un mental pour aller au bout de telles épreuves !

 14699421 10208980738210301 384608147 o


 

 


 

En ce jour de la saint Séverine, nous avions décidé de scinder le club en deux...

Pas comme d'habitude, à créer des groupes pour aller au même ednroit en prenant des chaemins plus ou moins communs...

 

Non cette fois-ci nous avons décidé de proposer du neuf.

 

Un départ du COBAR pour 9h en direction de Beynes, ave cun groupe mené par Francky, un bon 42,5km...

 

Un départ du COBAR vers 8h30 en voiture pour ralier le parking de l'Etag Rompu, point de départ pour une belle balade dans la foret de Rambouillet et découvrir la trace appelée Gambaiseuil...

Nous étions 16 COBASIENS à nous retrouver ce dimanche frais mais beau sur ces terres incunnues pour bon nombre.

Nous répatissons les groupes 11 personnes d'un côté pour suivre la trace du 35km, 5 personnes de l'autre pour suivre la trace de 28km...

Après avoir attendu... Au moins 5' Olivier et Philippe Malle, nous voila parti sur un tracé qui ne fera que monter et descendre... 35km, 640m de D+, des montagnes russes en tout genre, avec des longues montées et des plus courtes, des singles dans les bruyères...

 

oui mais avant d'arriver au bruyères, nous perdons malheureusement Edouard qui après une mauvaise chute se plaint de son épaule droite.

Nous décidons de l'accompagner vers Gambaiseuil, seul village a proximité ou son père pourra venir le chercher. Nous appredonrs par la suite que l'épaule est luxée et qu'il en a pour 15 jours à rester tranquile...

Nous poursuivons notre bonhomme de chemin, cette fois au travers des bruyères et du sable plus ou moins mou... C'est là que Matthieu décide de nous fausser compagnie en cassant son plateau sur une souche...

La suite se fait sans encombre, avec un ryhtme cool, Julien ne pouvant plus appuyer sur les pédales, ayant même sur la fin après le dernière montée quelques crampes aux jambes.

 

Chacun aura su apprécier, la trace, ou le paysage, voire les deux.

 


Sortie hivernale le 04 décembre.

Les températures sont basses, même si le ciel est bleu, il fait froid !

 

Côté club la déicision est de partir en direction de Feucherolles

 

Du côté des loucedés une session training s'organiser.

Au programme

Passages de dalles, marches à la montée et à la descente...

Quelques passages techniques, resseremment de lignes, recherche du meilleur passage...

https://vimeo.com/194399638

 


Par Frédéric Ladouce

26 Février,

Ce jour marque le retour à notre horaire d'été, nous nous retrouvons donc plus ou moins vaillants à 8h30 avec trois parcours se recoupant et orientés vers Saint Remy l'honoré.

Absent depuis un moment des parcours dominicaux, je ne pu échapper à l'humour potache si caractéristique du peloton coba VTT. Les quolibets passés, tout le monde se met en route par un temps doux et peu venteux.

L'allure imprimée à la troupe me fait douter de ma forme jusqu’à ce que j'entende que ça rale derrière. Arrivés sur Élancourt une question nous traverse :

'qui va monter la butte' , Franky un peu dur d'oreille se méprend et semble tout émoustillé, revenu à la réalité il s'accordera avec l'unanimité pour oublier cet obstacle pour se réserver sur le 50 km .

Le groupe se divise ainsi entre 2 partants pour le 50, 4 pour le 45 et le reste (7) sur le 40.

Nous recroiserons nos petits camarades à divers moments, souvent précédés de peu par le chuintement discret du VAE de Patrick dont nul ne sait réellement combien de kilomètres il fit a force de passer et repasser.

En redescendant sur la station d'épuration d'Elancourt, Ludo nous fait part de l'aspect répétitif du paysage, pourtant ensoleillé

Je proteste arguant que la répétition n’empêche pas la poésie: Songeons à quel point il nous est agréable de redécouvrir chaque matin le doux sourire de nos compagnes, chaque fois différent et toujours inspirant . Philippe R interrompra ce moment délicat avec une appréciation que je ne rapporterai pas (on ne sait jamais, son épouse peut tomber sur ce message.. )

Plus loin, nous voyons passer Eric L qui avait faim et lâchait le 45 pour rejoindre le 50, enfin c'est ce que j'ai compris, plié de rire de le voir ronchonner à cause d'une descente menée a train de sénateur,Sénateur que nous attendions d’ailleurs...

En arrivant à Pontchartrain nous achevons le deuxième tiers du parcours, celui qui était vallonné, par une cote bien costaude nous amenant à proximité de l'A12.

Le groupe Franky nous dépasse, ce dernier lâchant quelques messages élégants comme de coutume.

Les trois équipes se rejoignent une troisième et dernière fois a l'orée de la forêt de BdA,

Le retour au local sera un peu plus pénible que d'habitude pour Yann et moi même complètement cuits depuis Plaisir.

A la semaine prochaine !


Par Frédéric Ladouce

 17203962 10207526911842259 1881533407 n

 

5 Mars, Bois d’Arcy est la Ville départ du Paris Nice, tout fout le camp, le Paris Dakar ne part pas de Paris ni n’arrive à Dakar, l’America’s Cup ne se déroule pas en Amérique, il est donc légitime  de faire partir un Paris Nice, de BdA. Néanmoins je m’interroge, s’ils ne partent pas de Paris, où arrivent-ils ?
Du fait de ce grand événement, le centre du monde s’est déplacé au club hippique de la Croix Bonnet afin de permettre un départ aisé à la troupe du Coba. Troupe réduite à 8 humains, dont un a demi robotisé  (tonton Duracell) . Ludo nous y attend depuis 8h10, il est déjà congelé.

8h30, départ, descente sur FLF, rencontre avec Eric Losego, optimiste en tenue « printemps-été 2017 » à savoir short et K-way, ça me titille un peu car tout en étant équipé hiver je me les caille un peu déjà… D’un autre côté, on a jamais été certain que le gaillard était humain, X-men, mutant rien n’est à exclure.
On se lance sous quelques gouttes, vent de dos, sur la magnifique voie cyclable réalisée par l’agglo Versailles Grand Parc pour restituer l’allée royale aux promeneurs et touristes. Je sais, vous vous en tapez, mais ce fut l’un des sujets sur lequel j’ai bossé entre 2008 et 2014. Des touristes chinois, y’en avait pas, et on s’en fout un peu, mais cela ne retire rien au plaisir de ne plus avoir à ramer dans une boue infernale pour rejoindre Villepreux.
Nous bitumons sans regrets jusqu’au pied de la côte de Saint Nom, boueuse mais jouable, c’est amusant de voir les meilleures descentes sous l’angle inverse un jour de pluie venteuse et glaciale. Ludo qui râlait depuis le départ en a profité pour repartir chez lui. On passe Sainte Gemme, un bon coup de boue et hop sous l’A13, nous voilà dans la foret de Marly. Nous effectuons le tour du golf de Chambourcy, ça remonte. Phil nous propose le bitume plutôt que la boue pour économiser les jambes, nous sommes trois et, avec mon collègue de galère, nous apprécions.
Plus loin de retour sur la trace le reste de la bande nous rejoint, sauf Eric L parti sur un parcours qu’il aura plaisir à nous décrire, je l’espère.
Il reste une dizaine de kilomètres et la météo commence à pourrir grave. La traversée de la plaine de Fontenay, que nous avions évoquée avec méfiance dans le peloton, tient ses promesses, en faux plat vent dans le pif, pluie sur le nez, petit plateau et gros pignon pour avancer mains ou pieds congelés,  pas sympa…
Au retour à Bda, c’est l’état de siège, barrières, policiers armés, je retrouve 4 forcenés retranchés  dans le local du Coba, le reste de notre vaillante armée ayant rejoint les véhicules laissés au point de départ, ou les domiciles à la recherche d’un moyen de décongélation.
Nous sommes trempés, Franky est congelé, après un perroquet il nous gratifiera d’une scène d’anthologie à base d’essuie tout, de caleçon relevé, et je vous passe le reste…
Nadine arrive alors que nous attaquions le second pastaga, puis Ludo, remis et propre comme un sous neuf, nous sommes assez fiers d’avoir fait cette sortie.
A la semaine prochaine

Par Eric Losego

Sur le 41km, c'était à peu près pareil ;-)

J'avais un peu mis le cerveau en veille pour éviter de me demander ce que je faisais là, mais tout de même en hyper-vigilance pour éviter la gamelle sur ce terrain pour le moins glissant.
Du coup, pas trop de CPU disponible pour admirer le paysage que je serais bien en peine de décrire comme le suggère Fred.

J'ai quand même noté, qu'outre le sens de parcours opposé à l'ordinaire, il y avait quelques passages un peu inhabituels et qu'on aura plaisir à re-parcourir sous météo plus clémente.
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve qu'il y a de plus en plus d'arbres couchés et qu'on est souvent obligé de descendre du vélo.
D'ailleurs, sur la trace 41km, il faudra corriger un endroit où le chemin n'existe plus (on a l'impression qu'il a existé, mais c'est un lointain souvenir).

Sur la Route des Princesses (ligne droite goudronnée bien lisse au milieu de la forêt), il me semblait être à peu près à fond mais en regardant le compteur, il indiquait 11km/h !!!???
Il y avait comme un vent du sud... qu'on a bien retrouvé sur la remontée vers Fontenay.

Je n'ai pas tenté de forcer les barrages pour atteindre le COBAr et suis rentré directement chez moi.
Après la sieste j'ai regardé la fin du Paris-Nice à la télé (j'avais le projet d'aller sur place mais la météo m'a bien dissuadé). C'était quand même sympa d'y voir nos routes familières.

 


 

 

Par Eric Losego

Bonsoir,

Ce matin vers 11h, j'ai croisé Fréd qui faisait la course avec un vélo électrique du côté de Villepreux. Et, croyez-le ou non, il était devant !
Du coup, je me dis qu'il n'y aura certainement pas de compte-rendu poétique de la sortie de ce dimanche.

Pour ma part, comme je devais être rentré à la maison pour 11h (contrat non rempli, vous l'aurez compris...), j'avais décidé de partir à 7h30 sur le 46km. Manque de bol, 7h30, c'est l'heure à laquelle je me suis levé. Je suis quand même parti de chez moi vers 8h pensant trouver en chemin quelques membres du COBA, mais point du tout.
Qu'avez-vous fait ? Y a-t-il eu des courageux pour aller jusqu'au ravito ?

J'ai bien aimé le parcours ; un parcours pour terrain sec, ce qui était le cas fort heureusement ; le jour et la nuit comparé à la semaine dernière. Sinon, ça aurait été un peu galère dans ces chemins de terre ; mais là, c'était presque trop facile. Etonnant qu'on n'aille pas plus souvent sur ces chemins autour de Marcq alors que c'est tout près finalement.
Pour éviter de revenir par le même chemin qu'à l'aller comme le prévoyait la trace (du moins, celles du 2ème envoi de Philippe), je suis revenu par Thiverval et l'aérodrome de Chavenay. Ce qui aurait dû être un 46km + 5km d'A/R St Cyr s'est transformé en 57km, mais c'était vraiment bien sympa et la tenue de printemps suffisait.


Par Philippe Roissard


Hello,

Ce matin, RV aussi frisquet (6°) que matinal (8h pour ceux qui lisent les mails) au milieu des cyclos et cyclottes venus des 4 coins du département pour participer au traditionnel Rallye des Glaces organisé par nos amis cyclos du COBA.

Les volontaires (Franck, Mickel, Miguel et Nadine) étaient depuis longtemps au boulot pour rassasier les 271 participants ... MERCI à eux.

Deux groupes distincts : les 5 (ou 6 ?) loucedés partiront sur Meudon pour faire mu-muse sur un nouveau circuit "vallonné" et les 8 autres sur les traces du Rallye des glaces, sans oublier de passer réveiller le retardataire du jour (Patrick L) ! Départ effectif vers 8h15, pour rejoindre les abords de Thoiry (47km), voire pour 2 courageux (PhM et John) pousser jusqu'à Goupillières (lieu du ravito où officient nos 3 volontaires) et faire les 58 km proposés ... à moins que ce ne soit pour s'empiffrer de chocolat et de raisins secs !!!

La météo clémente depuis 2 jours avait bien asséché les chemins, j'ai réussi cette fois à ne pas mettre pied à terre ... c'est dire ! La fraîcheur du départ a fait place vers la mi-parcours à une douce chaleur bien agréable ... En fin de parcours, il a même fallu enlever qq couches de textile sous peine de se transformer en cocotte-minute à roulettes. Heureusement que j'avais emporté 3 paires de gants ... ce qui m'a valu les quolibets de mes compagnons (envieux) ! Quand Ludo n'est pas là, faut bien trouver un bouc émissaire !

Des nouveautés testées du côté de Marcq, quelques jambes lourdes après Saint Germain de la Grange, un saut de chaine intempestif pour Eric S en abordant l'ultime montée dans le bois au-dessus de Plaisir à la jonction avec le groupe des 2 toniques du 58, une disparition imprévue mais momentanée de TDu (Bravo, le retour sur 47 km après 3 mois d'arret !) ... arrivée un peu avant midi pour déguster (dehors) le vin chaud spécial COBA accompagné pour certains d'un petit sandwich "jambon de pays", bien vendu (sans grande difficulté) par Nadine !

A 12h30, les loucedés ont refait leur apparition, langues pendantes ... Il parait que la balade sur Meudon est accessible pour tous ... A voir aux beaux jours, mais il faudra raccourcir la boucle de 60km !

Pendant qu'ils me contait leurs exploits du jour, les "travailleurs" de retour ont déchargé les voitures : il reste de l'eau à boire (s'il y avait du jaune au ravito, il ns en resterait peut etre pour boire toute cette eau !) ... et un peu de charcuterie aussi pour dimanche prochain.

 

Par Nicolas

Effectivement en ce dimanche radieu nous avions décidé d'aller repérer une trace que PHR nous avait proposé en direction de Meudon, Appelée la Jovacienne, cette trace assez ludique de 58km, et 1200m de D+ est à faire par temps et par terre secs !

Nous abordons le tour par la minière en évitant d'aller nous cramer de suite dans les singles... Nous voila tournoyant dans des contrées que nous visitons peu, ou pas dans ce sens... Mais ce qui est sur c'est que ça monte et ça descend, pour remonter. Logique pour couvrir 1200m de D+ il faut bien aller chercher le moindre raidillon proposé sur la trace quitte à faire quelques détours.

En arrivant en terrain plus connu, sur Meudon/ Velizy, Jouy en Josas, Freddy monté sur un Btwin en attendant de remonter son vélo, se retrouve fourbu! Le velo lui renvoi tout ce qu'il a dans les bras le dos, les jambes. Le reste de l'équipe est assez fraiche encore et nous rentrons paisiblement le long de l'A86...

 

La semaine prochaine circuit des singles soyez au rendez-vous.

 


 

Circuit des singles

 


Par Nico

 

Pour l'occasion les loucedés au complet vont rouler la Cernaysienne.

Au programme, 55km et 1500m de D+... Au départ de Cernay le ville, c'est une balade vers Chevreuse, Dampierre, Choisel pour aller tâter, sur un terrain particulèrement sec, quelques trails bien épiques. Parfois des singles, de belles montées, de superbes descentes !!!

Un régal, en images.

 

https://youtu.be/5gLslCL93YU

 

 

 

 


 

Sortie plaisante

 

Par Eric Losego

 

55 km de terrain sec et roulant vers Montfort, ça sentait bon le mois de juillet !

Nous étions 9 au départ ce matin, et seulement 1 GPS.
Le jeu a donc été de lâcher les concurrents sur le parcours. La première victime fut Thierry qu'on n'a pas revu après le passage d'une tranchée à Pontchartrain (mais on l'a eu au téléphone, il va bien ! son vélo, un peu moins...).
Tout le monde a tenu jusqu'aux abords de Montfort où un groupe de 3 s'est lancé dans l'aventure de revenir à Bois d'Arcy sans GPS. On ne les a pas revus non plus (ni eus au téléphone), peut-être ne sont-ils pas encore rentrés...

PhM, un temps tenté d'abandonner le VTT ou de passer à l'électrique, a finalement tenu jusqu'au bout et de belle manière. On ne peut pas en dire autant de tous les autres, mais on s'est quand même retrouvé à 5 au COBAr après cette première sortie estivale de l'année.

Bonne semaine

 

Pour les Loucedés, composé pour l'occasion de Florent, Matthieu et Nico, petit tour pour changer vers les Vaux de Cernay pour une séance technique et quelques challenges à relever.

Une belle marche en enchaînement à passer pour ma part...

 

Une course entre Matthieu et Florent...

 

Passage d'une marche en enroulée pour Matthieu.

Ici en vidéos quelques passages rigolos, passés à différentes vitesse avec des trajectoires variées.

https://youtu.be/vlOO1scDvAw

https://youtu.be/oM5raXnUotk

https://youtu.be/Mr6rHc6tz1s

https://youtu.be/vUBtoWXVF_k

https://youtu.be/3cxqQ4wnKuQ

https://youtu.be/lIIf0KrjT_s

https://youtu.be/bEuQLWYqAr4

 


 

 

Rien de prévu vraiment au programme pour ce dimanche Pascal...

 

Toutefois nous avions décidé avec les loucedés présents d'aller se balader vers une contrée rarement visitée, proposée par PHR, repérée en période maussade... Meudon !!!

Au départ de BDA, nous étions, Matthieu, Edouard et moi même pret à en découdre avec une belle trace de 53km et 950m de D+... Accompagnés de Philippe Brunel, Mickel, Patrick Aubron et Patrick Gourlaouen, nous nous sommes donc dirigés vers Meudon, en prenant tous les singles que la trace qui se croise en nombreuses fois, nous propose...

 

Arrivés sur le bas de Meudon, à "La Terrasse de L'Etang",  Patrick Aubron décide qu'il est temps de rentrer et trouve un prétexte un peu dangereux, en se plantant un baton très pointu dans le tibia entre peau et os... Intervention magique de Philippe qui avait la trousse de secours... Nous décidons alors de ne pas poursuivre jusqu'au bout de la trace et revenons au plus court, en proposant les singles pour les plus vigoureux, les grands axes pour les autres.

De retour vers BDA pour 12h avec 49km et 720m de D+ tout de même, nous avons profité malgré cet épisode, d'un très joli tracé à bonne allure (14km/h de moyenne), sur un terrain sec et des températeures, fraiches mais clémentes pour un dimanche de Pâques.

 

Quant à Patrick il a deux points de sutures, il est sous antibiotiques, mais globalement tout va bien.

 17952571 10207836512222075 8183885112357723678 n


 

 Pas vu de billet pour ce dimanche ; j'espère que certains ont quand même roulé. Non ?

Je pensais trouver des amateurs pour ce lundi férié même si l'absence de mail sur le sujet n'incitait pas à l'optimisme.
Personne au COBA à 9h, personne autour de midi non plus. Ai-je loupé quelque chose ?

Pour ma part, à partir d'une traces de 40km, j'ai ajouté quelques impros pour faire un 45km vers Dampierre. Malgré une fraîcheur certaine et quelques gouttes, les chemins secs sont vraiment agréables, que ce soit en forêt ou dans les champs.

Eric

 

 

Côté loucedés nous avions décidé de se faire un Clamart. Au départ du Rong Point de la Place des Gardes, proche de la dite côté des Gardes, tant connue pour celles et ceux qui ont couru, ou suivent paris Versailles...

Un petite 36km au travers d'une foret fraîche mais vide de toute âme humaine... Avec Edouard, nous avons roulé tous les singles du coin pour boucler notre petit tour pour 11H. Soit 2h de roulage à bonne allure !